Discover nearly 200 new HD photos from Le Corniaud by Gérard Oury in the Photos section!
La Zizanie - Sound samples
ABOUT THIS PAGE

Here, you can discover more than a hundred of sounds from Louis de Funès films, sorted by names.

Warning: ALL the sounds presented on this website are my own work; I've extracted them from my personal movie collection, either from DVDs, DVB-T or satellite TV networks. As a result, you're not authorized to put them on your own website without asking for use permission first.

Read the Copyright page for more information about author rights and terms of use of this website.


CHOOSE YOUR FILM

LA ZIZANIE

10 sounds are available for La Zizanie

Previous page - Displaying sounds 6 to 10

Je suis votre banquier ! Eh bah, raison de plus...

Listen Je suis votre banquier ! Eh bah, raison de plus... Listen

Download Je suis votre banquier ! Eh bah, raison de plus... Download

Daubray-Lacaze veut prouver à son banquier qu'il détient un chèque pouvant éponger ses dettes. Il l'emmène près du coffre-fort qui détient le précieux document, puis commence à ouvrir le coffre, non sans être pointilleux sur la discrétion...
[Secrétaire] Monsieur, le Directeur de la banque est dans l'antichambre !
[Daubray-Lacaze gromelle] Brrbrfr... qu'est-ce qu'y fout là, lui...
[Il l'accueille] Aaaaah !
[Le banquier] Aaaah, Monsieur Daubray-Lacaze !
[Ils entrent] Je peux m'asseoir ?
[Daubray-Lacaze] Non, restez debout !
[Le banquier] Ecoutez, si je me permets d'insister...
[Daubray-Lacaze] Oui, je sais, c'est pour me parler encore de mon découvert !
[Le banquier] Oui !
[Daubray-Lacaze] Je m'en fous !
[Il lui montre le coffre contenant le chèque des japonais]
[Le banquier poursuit] Vous savez, la Direction Générale à Paris...
[il ne l'écoute pas et commence à ouvrir le coffre]
[Daubray-Lacaze] Tournez-vous, vous !
[Le banquier, vexé] Non, mais, je... je suis votre banquier !
[Daubray-Lacaze] Eh bah, raison de plus !
[Le banquier se tourne mais reste attentif. Daubray-Lacaze continue le dévérouillage, puis s'interrompt] Bouchez-vous les oreilles !
[Le banquier s'impatiente] Ecoutez, Monsieur Daubray-Lacaze...
[Daubray-Lacaze insiste] Bouchez-vous les oreilles !!
[Il s'exécute. Daubray-Lacaze poursuit, puis...] Mieux que çaaaaaaaa !
[Il court vers le banquier, puis lui enfonce les doigts encore plus profond] Raaaaaaah !

Il y a un mois, c'était déjà la fin du mois, et puis dans un mois ce sera encore la fin du mois...

Listen Il y a un mois, c'était déjà la fin du mois, et puis dans un mois ce sera encore la fin du mois... Listen

Download Il y a un mois, c'était déjà la fin du mois, et puis dans un mois ce sera encore la fin du mois... Download

C'est la fin du mois, il est donc temps de payer les ouvriers. Une tâche que Guillaume Daubray-Lacaze n'effectue pas de gaieté de coeur...
[Secrétaire] Monsieur le Directeur !
[Daubray-Lacaze] Oui ?
[La secrétaire] Il faut signer les chèques !
[Daubray-Lacaze fait semblant d'avoir mal au ventre] Oh, là là ! Oh non, ça, je ne pourrai pas, non, ça, je ne pourrai pas...
[La secrétaire] C'est la fin du mois !
[Daubray-Lacaze, effaré] Encore ?!
[Bah oui...]
[Daubray-Lacaze, faisant de grands gestes] M'enfin, il y a un mois, c'était déjà la fin du mois, et puis dans un mois ce sera encore la fin du mois, et puis après... faut que ça s'arrête !
[Il continue de gémir] Oh non, ça, je ne pourrai pas, ça...Plus tard, cette même secrétaire accueille les employés dans le bureau du directeur pour recevoir leur chèque de paye.
[La secrétaire] M. Saucereau !
[L'employé est de taille moyenne, il lui remet un chèque de taille normale] Merci, Monsieur le Directeur !
[La secrétaire] M. Bernardin !
[L'employé est de petite taille, M. Daubray-Lacaze lui remet un chèque de taille minuscule, non sans avoir pris le temps de vérifier qu'il était bien debout]
[La secrétaire] M. Dutrex !
[L'employé est très grand et imposant. M. Daubray-Lacaze sort un grand chéquier, puis, révisant son jugement, ressort un chéquier gigantesque de son tiroir, et lui tend le chèque avec une grimace]

Votre âge ? 17 ans... de moins que mon mari !

Listen Votre âge ? 17 ans... de moins que mon mari ! Listen

Download Votre âge ? 17 ans... de moins que mon mari ! Download

Bernadette se présente aux élections municipales contre son mari. C'est donc lui qui, contre son gré, lui fait remplir les formalités d'usage.
[Daubray-Lacaze] Nom, prénom ?
[Bernadette] Daubray, née Lacaze... Bernadette.
[Daubray-Lacaze] Nationalité ?
[Bernadette] Française.
[Daubray-Lacaze] Mariée ?
[Bernadette] Hélas...
[Il la regarde avec dédain, puis poursuit]
[Daubray-Lacaze] Votre âge ?
[Bernadette] 17 ans !
[Il la regarde, étonné] 17 ans de moins que mon mari.
[Daubray-Lacaze] Non ?!
[Bernadette] Si !
[Ah oui...]
[Daubray-Lacaze] Profession ?
[Bernadette] Horticultrice.
[Il ricane]
[Bernadette hausse la voix] Et au chômage pour cause de destruction de l'outil de travail !!
[Daubray-Lacaze ravale sa fierté] Profession du mari ?
[Bernadette] Maire sortant… et pollueur !
[Les partisans de Bernadette applaudissent. Bernadette, elle, reste imperturbable]
[Daubray-Lacaze] Vous signez !
[Elle signe. Daubray-Lacaze tente de la raisonner] Bernadette...
[Bernadette, toujours imperturbable] La séance est levée !

Mon programme en trois points : le plein emploi !

Listen Mon programme en trois points : le plein emploi ! Listen

Download Mon programme en trois points : le plein emploi ! Download

M. Daubray-Lacaze et sa femme Bernadette, avec laquelle il est en conflit, donne une conférence de presse sous forme d'émission télévisée, chez lui, où il oppose son programme politique à celui de sa femme, qui se présente contre lui aux élections municipales.
[Technicien] Les caméras, en place, s'il vous plaît !
[Le couple Daubray-Lacaze est au maquillage]
[Assistant de Daubray-Lacaze] J'ai confiance en vous ! Vous allez la descendre, la ridiculiser !
[Daubray-Lacaze, un peu gêné] Oui, oui, bon, bah, ça va ! Je la raterai pas...
[La secrétaire] Vous allez lui faire mordre la poussière, à ce vieux réactionnaire, hein !
[Bernadette, également agacée] Oui, je sais ce que j'ai à faire ! Et puis, je vous en prie ! C'est encore mon mari !
[Assistante] Bon, si vous voulez bien prendre votre place !
[Technicien] La caméra deux, plus près du podium !
[Technicien, à Bernadette] Madame, mettez-vous là !
[Vers Daubray-Lacaze] Monsieur, s'il vous plaît !
[Régisseur] Attention, début d'émission dans trois minutes !
[Bernadette, à son mari] Ton col !
[Elle lui montre son col de veste. Il montre un geste de dédain. Elle lève les yeux au ciel]
[Technicien] Le cadreur de la caméra trois, en place, s'il vous plaît !
[Les projecteurs s'allument. Daubray-Lacaze croit que l'émission commence.]
[Daubray-Lacaze] Ah, ça y est !
[Il enchaîne directement] Mon programme en trois points ! Premièrement, le plein emploi ! Deuxièmement, le plein emploi...
[Le régisseur réagit] C'est pas encore à vous, arrêtez !
[Daubray-Lacaze continue, imperturbable] ...Troisièmement, le plein emploi !
[Bernadette réagit] Ah, c'est à moi, alors ! L'heure est venue de concilier croissance économique, et bien-être de la population !
[Le public applaudit. Daubray-Lacaze renchérit] Mon programme en trois points ! Premièrement, le plein emploi ! Deuxièmement, le plein emploi ! Troisièmement, le plein-em-ploi !
[Le régisseur] Mais arrêtez, bon sang, on est pas encore à l'antenne !
[Bernadette réplique] Nous pensons parfaitement au problème de l'emploi ! Les défenseurs de la nature ne veulent pas d'une croissance qui aliène l'homme ! Une croissance nouvelle ! Contrôlée ! Humaine !
[Daubray-Lacaze, à Bernadette] Vous parlez comme une femme qui n'a jamais travaillé !
[Bernadette] Espèce de tyran ! Despot ! Rétrograde !
[Daubray-Lacaze insiste] Mon programme en trois points ! Premièrement...
[La journaliste s'agace] Personne ne peut le faire taire ?!
[Bernadette lui fait signe] Si, moi !
[Elle s'adresse à son mari] Tu as détruit notre maison !
[Daubray-Lacaze réplique] Pour le bien de l'entreprise !
[Elle poursuit] Tu as détruit mon jardin d'hiver ! Ruiné mon potager ! Tu as détruit mes rèves ! Tu as piétiné mon coeur !
[Daubray-Lacaze se moque d'elle avec des mimiques] Arrête, ou je dis tout !
[Il réplique] Elle ne sait rien, j'lui disais jamais rien !
[Elle rigole] Ta comptabilité !
[Il s'étonne] Laquelle ?
[Bernadette] La vraie !
[Il jubile] Ha, ha, ha ! Elle est cachée !
[Bernadette jubile davantage] Oui, je sais !
[Elle court chercher quelque chose]
[Daubray-Lacaze poursuit, plutôt inquiet] Bon... mon programme en trois points... premièrement, le plein emploi, deuxièmement... le plein...
[Bernadette surgit au balcon, avec d'énormes dossiers dans les mains] Aaah, regardez, sous les placards à chaussures !
[Elle lance joyeusement le contenu des dossiers vers le public] Et hop ! Et voilà !
[Daubray-Lacaze tente de l'arrêter] Non !! Bernadette !
[Vous pouvez contrôler !]
[Daubray-Lacaze tente de réagir] Ne touchez à rien !! Vous êtes chez moi, foutez-moi le camp !
[Un technicien] L'émission commence !
[L'émission commence donc, avec, en premières images, le couple Daubray-Lacaze qui se dispute violemment]

Bernadette, mon amour, délivre-moi !

Listen Bernadette, mon amour, délivre-moi ! Listen

Download Bernadette, mon amour, délivre-moi ! Download

Daubray-Lacaze s'est fait enfermer dans son four industriel, à cause d'un automatisme défaillant. Sa femme accourt pour le libérer, puis... opte pour la technique du chantage en vue d'obtenir ce qu'elle veut...
[Daubray-Lacaze] Bernadette ! Bernadette, mon amour, délivre-moi ! Ooooh ! Délivre-moi, je cuis !
[Bernadette, joueuse] On a tout notre temps !
[Daubray-Lacaze] Nooon, je commence à cuire, ouuuvre !
[Bernadette] A une condition...
[Laquelle ?!]
[Bernadette] On quitte l'usine...
[Nnnoui...] On s'installe en Provence...
[Nggggh !] Et on a des moutons !
[Daubray-Lacaze] Oui, non... Jamais !
[Bernadette] Très bien ! Bonne nuit !
[Daubray-Lacaze] Oh non, Bernadette, mon amour, reviens, reviens ! Je suis cuit ! Je cuis, je cuis ! Ouuuuuvvvre !
[Bernadette] Tu acceptes ?
[Daubray-Lacaze, pas très convaincu] Ouiii...
[Bernadette, insistante] Tu acceptes ?!
[Daubray-Lacaze] Ouuuuiiiiii !!
[Bernadette lui fait signe de la tête]
[Daubray-Lacaze] Oh là là, ouiii, mon amour !
[Elle le libère enfin. Il sort] Oh, ah, oh...
[Il reprend ses esprits] J'allais te le proposer !

Show a maximum of 2 - 5 - 10 - 20 sounds per page

Previous page - Page 2 of 2


FufuWorld - Version 10.4 - Copyright © 2000-2019 Maxime Abbey. All rights reserved. Any reproduction is forbidden without authorization.